Navigation mit Access Keys

WSL-Junior - page principaleNews35 000 sachets de thé pour la recherche

35 000 sachets de thé pour la recherche

Menu principal

 
 

24.08.2018  |  News Junior

Des scientifiques du monde entier ont enterré des dizaines de milliers de sachets de thé dans des forêts et d’autres écosystèmes. Ce n’était pas pour se débarrasser de leurs déchets, mais pour une expérience, afin de mieux comprendre comment les matériaux végétaux se décomposent dans le sol.

 

Ça a l’air bizarre, mais c’est tout à fait sérieux: plus de 300 scientifiques, dont plusieurs au WSL, ont enterré sur six continents des sachets de rooibos et de thé vert d’une célèbre marque, qu’on peut acheter dans n’importe quel supermarché.

 

Pendant l’été 2016, tous ces chercheurs ont enterré au moins 32 sachets de thé à 570 endroits dans divers écosystèmes, soit environ 35 000! Après 3, 12, 24 et 36 mois, ils ont déterré (ou vont déterrer) chaque fois quatre sachets de chacune des deux variétés. Ils les font sécher, les pèsent, pour savoir au milligramme près quelle quantité de thé a été décomposée.

 

Une partie de thé au sommet

Des sachets de thé ont aussi été enterrés en Suisse, notamment dans huit forêts et sur six sommets dans les Alpes.

La particularité des deux thés est que le thé vert est composé de feuilles et le thé rooibos des branches ligneuses du rooibos, un arbuste d’Afrique du Sud. Ainsi, ces deux variétés de thé représentent parfaitement différents types de parties de plantes mortes qu’on trouve en fprêt ou ailleurs. Et comme les scientifiques du monde entier utilisent exactement les mêmes sachets de thé, ils peuvent comparer très précisément les processus de décomposition dans le sol aux divers endroits.

 

Et pourquoi font-ils cela ? La décomposition des parties mortes des plantes est très importante pour le rôle des sols dans le changement climatique. Lorsque les organismes du sol mangent et digèrent les restes de végétaux, ils transforment la matière solide en éléments nutritifs importants pour les plantes. En même temps, ils libèrent dans l'atmosphère du CO2 (dioxyde de carbone) et contribuent donc au réchauffement climatique.

 

En revanche, si les débris végétaux se décomposent lentement (par exemple lorsqu'il fait froid), la matière organique s'accumule. Elle agit alors comme un réservoir de carbone, c'est-à-dire contre le réchauffement.

Le thé vert se décompose plus vite

Après les trois premiers mois, les scientifiques ont déjà pu constater que le thé vert se décompose plus rapidement que le thé rooibos, dans tous les écosystèmes. Ceci est principalement dû au fait que le thé vert a une composition chimique différente, par exemple il contient des substances qui se dissolvent bien dans l'eau et qui sont donc emportées par l’eau de pluie.

Les chercheurs en sauront plus lorsqu'ils auront déterré les sachets de thé restants après 1, 2 et 3 ans. Ils pourront alors dire si le climat local ou d’autres facteurs jouent également un rôle dans la décomposition. Markus Didion du WSL est très enthousiaste car il programme des modèles informatiques de la décomposition des plantes. "Cette expérience nous permet de comparer ce que nous mesurons en Suisse avec les résultats du monde entier." C'est pourquoi il trouve l’expérience "géniale".

Les chercheurs ont décrit leur expérience dans Science of the Total Environment, une revue scientifique très réputée.

 
 
 

Pour en savoir plus