Navigation mit Access Keys

WSL-Junior - page principaleNewsChercheuse, un métier de rêve et de passion

Chercheuse, un métier de rêve et de passion

Menu principal

  

Es-tu une graine de chercheuse ? À l'occasion de la Journée internationale des femmes et des jeunes filles de science, Catherine et Marcia, deux scientifiques du WSL, racontent pourquoi elles ont choisi leur profession et ce qui les passionne.

 

Catherine Graham, professeure en sciences environnementales

Quand j'étais petite - je devais avoir 6 ans -, je rêvais de devenir Présidente des États-Unis, mais aussi d'être alpiniste, pour gravir l'Everest. Pour m'entraîner, je marchais jusqu'à l'école au lieu de prendre le bus.

Plus tard, j'ai eu envie d'un métier avec lequel je pourrais passer tout mon temps dans la nature et observer les animaux. C'est ce qui m'a motivée à faire une carrière scientifique.  Mes cours de biologie au lycée m'ont aussi beaucoup influencée, car j'ai eu un professeur qui m'a beaucoup motivée.  Vers 19 ans, à la fac, je me suis portée volontaire auprès d'un groupe de recherche qui étudiait la dispersion des graines, c'est-à-dire comment les oiseaux et les singes déplacent les graines dans la forêt et influence la régénération naturelle des arbres et de plantes. Notre camp était situé dans des forêts de montagne au Rwanda (Afrique centrale). J'ai passé trois étés dans une petite tente à une place et j'ai aidé les chercheurs à recueillir des données. Au cours de ma dernière année de fac, j'ai développé mon propre projet, qui a finalement été publié dans une revue scientifique.

Je suis fasciné par la diversité de la vie et je me demande constamment comment tant d'espèces se sont développées, et comment elles peuvent vivre ensemble en même temps au même endroit.  En étudiant la nature dans des lieux très différents, notamment dans la forêt de montagne en Équateur, j'apprends beaucoup de choses sur les mécanismes qui conduisent à cette diversité et sur ce qui est essentiel pour sa conservation. Mais en Suisse aussi, la biodiversité est étonnante!

Tu rêves de devenir chercheuse? Suis ton cœur et tes rêves, et ne te décourage pas quand les choses sont un peu difficiles. Tu peux tout accomplir si tu le décides vraiment!

Voir aussi (actuellement disponible en allemand):

 

Marcia Philips, géographe et spécialiste du pergélisol

Quand j'étais petite, je rêvais de travailler au service de prévention des avalanches au Weissfluhjoch, près de Davos. Le matin, j'allais à l'école en luge. Dès que j'arrivais à la maison pour déjeuner, j'écoutais le bulletin d'avalanches diffusé à midi par la radio suisse. Je savais que je voulais travailler là-haut quand je serais grande. Cependant, je ne savais pas encore que je serais alors particulièrement fascinée par le sol gelé. À l'époque, je trouvais la neige plus intéressante.

Le pergélisol me fascine parce qu'il est en grande partie invisible mais qu’il a de nombreux impacts dans nos montagnes. Je suis aussi fascinée par l'équipement technique nécessaire pour effectuer des mesures en profondeur dans le sol.  Et au fur et à mesure que les données s'accumulaient, j'étais de plus en plus "mordue", comme pour une série policière - on se demande toujours ce qui va se passer ensuite. Dans mon métier, il s'agit de prévoir ce qui se passera dans les montagnes en fonction de diverses influences externes.

Nos recherches sur le pergélisol en montagne prennent de plus en plus d'importance en raison des nombreux changements qui se produisent dans la cryosphère (la surface gelée). Ces changements ont un impact sur la vie des gens dans les montagnes et les vallées alpines et nous obligent à réfléchir à la manière dont nous pouvons y faire face.  J'aime étudier les processus naturels et comprendre pourquoi ils se produisent, quels sont leurs effets et ce qui se passera à l'avenir. En montagne, nous travaillons avec des gens d'horizons différents et nous apprenons à voir les choses sous des angles différents. Mes recherches me permettent d'utiliser des techniques intéressantes pour mesurer et comprendre certains des changements que nous observons. C'est un grand bonheur, car la montagne est l'environnement que je préfère pour travailler et vivre.