Navigation mit Access Keys

WSL-Junior - page principaleNewsLe réchauffement climatique refoule les lièvres variables en haute montagne

Le réchauffement climatique refoule les lièvres variables en haute montagne

Menu principal

  

Avec le changement climatique, les lièvres variables vont se sentir à l'étroit dans les Alpes suisses. Ils trouveront de moins en moins d'habitats adaptés à leurs besoins.

 

Le lièvre variable est parfaitement adapté à la vie en haute montagne. Par exemple, son pelage passe du brun au blanc en automne pour mieux se camoufler dans la neige. Mais avec le changement climatique, ses astuces ne sont plus compatibles avec la réalité: quand la neige fond tôt au printemps et que le lièvre variable est encore tout blanc, il est une proie facile pour ses prédateurs. De plus, il supporte mal les étés très chauds parce que son corps est adapté aux températures basses.

Il recherche alors la fraîcheur à des altitudes supérieures plus fraîches. Mais il arrivera un moment où les lièvres variables ne pourront pas aller plus haut, car non seulement les montagnes sont de plus en moins étroites, mais une grande partie de l'espace est occupée par des parois rocheuses. Les familles de lièvres variables seront donc probablement plus petites et moins nombreuses dans les Alpes. C'est ce que des chercheurs viennent de découvrir.

 

Où les lièvres variables préfèrent-ils vivre?

Des chercheurs du WSL ont travaillé avec une collègues de Berne et deux collègues de Vienne pour découvrir comment les lièvres variables supporteront le futur climat. Pour cela, ils ont écrit un "modèle de calcul" sur leur ordinateur, c'est-à-dire une salade de chiffres avec trois ingrédients:

  • premièrement: le nombre de lièvres variables vus dans les Alpes suisses entre 1990 et 2013 (= plus de 1000).
  • Deuxièmement: les coordonnées des endroits dans les Alpes qui seraient un habitat approprié pour les lièvres variables. Cela dépend de la quantité de nourriture disponible, des possibilités pour les lièvres de se protéger de leurs prédateurs, de la température, et des dérangements causés par exemple par des randonneurs ou des skieurs.
  • Troisièmement: le climat du futur, qui a été calculé par des milliers de scientifiques à travers le monde.
 

Des zones importantes pour la protection du lièvre variable

Le modèle de calcul des scientifiques prévoit que l'espace approprié pour les lièvres variables diminuera d'un tiers d'ici 2100. De plus, les distances entre les endroits où ils peuvent vivre augmenteront. Il sera donc plus difficile pour les lièvres de se rendre visite et de fonder de nouvelles familles.

L'avantage de cette étude est que les scientifiques savent maintenant quelles régions sont particulièrement importantes pour protéger les lièvres variables à l'avenir. Ils suggèrent que les lièvres soient observés de près dans ces régions, et surtout qu'ils soient protégés des dérangements dus aux activités humaines. L'hiver, en particulier, les lièvres variables doivent dépenser une énergie précieuse s'ils doivent fuir les snowboarders ou les skieurs.

 
 

POUR EN SAVOIR PLUS