Navigation mit Access Keys

Qu’est-ce que le mitage du paysage­?

Menu principal

  

Si tu traverses aujourd’hui le Plateau en train, tu verras des villes, des zones industrielles et des villages pratiquement continus. Des étendues libres ? Il n’y en a presque plus. Ce n’est pas très réjouissant, et c’est pourquoi on aimerait mettre un frein à la construction incontrôlée.

 

Les faits essentiels en bref:

  • Trop de maisons sont construites sur des étendues encore libres, ce qui consomme une grande superficie de terrains.
  • Cela coûte cher, abime la nature et c’est assez laid.
  • L’aménagement du territoire doit protéger les espaces libres, mais doit pour cela prendre en compte des intérêts très différents. 
 

Qui participe au mitage de quoi ?

On parle de mitage lorsque de nombreux bâtiments sont construits en dehors des villages et des villes sur des terrains libres. Si seulement quelques personnes habitent ou travaillent dans ces zones, l’espace consommé par personne est important.

En Suisse, beaucoup sont ceux qui préfèrent vivre dans des maisons individuelles avec jardin plutôt qu’en appartement. Mais les surfaces non construites sont un peu comme un gâteau : si chacun en mange une grosse part, il disparaîtra beaucoup plus vite que si chacun n’en reçoit que quelques miettes.

 

Quelles sont les conséquences ?

En Suisse, la population augmente, mais il y a peu d’espace. C’est pourquoi le Plateau est devenu une zone urbanisée presque continue au cours des 100 dernières années.

Les grandes superficies non construites font exception. Le pays est sillonné de routes et de voies ferrées. Les bouchons sont fréquents. De nombreux animaux et plantes ne trouvent plus d’espaces vitaux. Rares sont les personnes qui apprécient cette situation.

Le mitage est coûteux, car même la maison individuelle la plus éloignée a besoin d’une route d’accès, et doit être reliée à l’électricité et à l’eau courante.

 

Par example, la vallée de la Limmat près de Zurich

 
 
 

Que peut-on faire ?

Une législation existe pour protéger les surfaces libres restantes. Depuis 2014, une nouvelle loi régit l’aménagement du territoire. Elle prescrit aux municipalités de limiter la construction dans les champs et prairies. Malheureusement, toutes les communes ne suivent pas très bien ces règles, car avec chaque nouvelle maison arrive un nouveau contribuable qu’elles sont heureuses d’accueillir.

La construction des résidences secondaires, vides une grande partie de l’année, est également limitée depuis l'initiative populaire « pour en finir avec les constructions envahissantes de résidences secondaires »

De nombreuses municipalités élaborent des plans pour construire les nouvelles maisons dans les quartiers existants. C’est ce que l’on appelle le « développement de l’urbanisation vers l’intérieur » ou la « densification de l’urbanisation ». À Singapour, une ville d’Asie disposant de très peu d’espace, ce principe a été poussé à l’extrême (voir photo).

Mais si vous rendez agréables les quartiers densément peuplés, avec beaucoup de commerces et d’écoles, alors les habitants aiment y vivre. Et ils peuvent aller faire des courses ou au travail sans voiture.

 

Le WSL...

… étudie comment l’évolution de l’urbanisation affecte les personnes et la nature. 

… étudie les directives et réglementations qui peuvent ralentir les constructions dans les espaces libres.

 

POUR EN SAVOIR PLUS