Navigation mit Access Keys

WSL-Junior - page principaleLes dangers naturelsAttention avalanches!Comment la forêt protège-t-elle des avalanches?

Comment la forêt protège-t-elle des avalanches?

Menu principal

 

Comment un village de montagne se protège-t-il des avalanches? Cette question préoccupe depuis longtemps les habitants des Alpes. Désormais, on construit de grandes galeries paravalanche pour se défendre, et des ouvrages pour éviter les avalanches. La forêt de montagne est très importante pour la protection contre

 

Le principe de la forêt de protection consiste à empêcher le manteau neigeux de se mettre à glisser entre les arbres. Même une forêt de montagne en pleine santé ne suffit pas à stopper une avalanche qui a pris son élan.

La forêt empêche la formation d’une couche de neige régulière, et stabilise ainsi la neige sur le versant. La forêt doit être assez dense. Une forêt dans laquelle il est encore possible de skier ne suffit pas à assurer une protection. Les arbres sont trop éloignés et le manteau neigeux peut se mettre à glisser, même en forêt.

Il existe en Suisse plusieurs centaines de kilomètres carrés de forêt d’altitude, assurant la protection contre les départs d’avalanches. Même lors de l’hiver avalancheux de 1999, la protection par les forêts a été efficace. Elles ont retenu les grandes quantités de neige, et il n’y a pratiquement pas eu de départs en forêt.

 

Problèmes dans la forêt de montagne: la surexploitation passée

De nombreuses forêts de montagne ont été abattues pour étendre les pâturages pour les animaux. Ces surfaces sont aujourd’hui en grandes parties avalancheuses. Là où la forêt a disparu, le manteau neigeux ne peut plus être stabilisé. De nombreuses localités se sont retrouvées en zone avalancheuse.

En Suisse, l’importance de la forêt de protection a été reconnue, et un grand programme de reforestation a été lancé pour réhabiliter les forêts de montagne. Au Stillberg près de Davos, les chercheurs du WSL étudient depuis 1975 le reboisement de cette forêt de protection, et plus généralement, le fonctionnement écologique à la limite de la forêt.