Navigation mit Access Keys

WSL-Junior - page principaleLa biodiversitéLa biodiversité sous toutes ses formesLes fourmis des bois sont-elles menacées par le changement climatique?

Les fourmis des bois sont-elles menacées par le changement climatique?

Menu principal

 

Leurs grands dômes constituent pour les fourmis des bois un avantage vis-à-vis des autres espèces de fourmis. Mais que se passera-t-il pour elles si notre climat continue à se réchauffer?

 

Les "fourmis des bois" sont un groupe de fourmis construisant des fourmilières. Elles sont de deux couleurs (noir et rougeâtre) et relativement grandes (jusqu'à un centimètre). Elles sont importantes pour l'écosystème de la forêt: elles collectent les pucerons et mangent les insectes nuisibles aux arbres (par exemple les bostryches) mais servent aussi de nourriture à différents animaux comme le pic vert.

Les fourmis des bois jouent un rôle important dans la dissémination des graines. Elles ne passent pas inaperçues car elles construisent de grands dômes avec les aiguilles tombées au sol pour se faire un nid.

 

Les fourmis des bois et le changement climatique

On ne sait pratiquement rien sur l'incidence néfaste possible du changement climatique sur les fourmis des bois. Les fourmis qui construisent des fourmilières ont cependant un avantage par rapport aux autres espèces de fourmis qui n'ont pas de dômes mais s'installent sous des pierres ou dans le sol. Elles peuvent commencer à former leur colonie tôt dans l'année car des températures de 25°C ou plus peuvent rapidement être obtenues dans le dôme.

Le changement climatique pourrait avoir comme conséquence des hivers plus chauds et des printemps plus précoces. Il serait ainsi possible que le changement climatique avantage les fourmis ne construisant pas de dôme et les rende donc plus compétitives par rapport aux fourmis des bois.

 

Au WSL...

... les chercheuses et les chercheurs ont constaté avec d'autres spécialistes des fourmis, par exemple en Finlande ou au Parc national de Yellowstone (Etats-Unis), que les fourmilières européennes se trouvaient plus souvent sur les pentes ensoleillées. Cela est vraisemblablement dû au fait que, à ces endroits, leurs dômes ont besoin d’être moins bien isolés contre le froid.

Dans les herbages du Parc national suisse, les chercheurs du WSL ont observé que les fourmis des herbages et les cerfs ne s'installaient pas aux mêmes endroits. Les fourmis collectent des graines de graminées, qui vont germer sur et autour de leurs fourmilières. Etant donné que les cerfs préfèrent manger l'herbe plutôt que les graminées, ils évitent ces zones. C’est ainsi qu’ils ne risquent pas de piétiner les dômes des fourmis – ce qui est tout à fait dans l’intérêt de ces dernières. Les fourmis évitent aussi les pâturages où elles pourraient rencontrer des cerfs.